January 25, 2016

January 18, 2016

January 15, 2016

December 18, 2015

November 6, 2015

Please reload

Recent Posts

Eastbourne

January 15, 2016

1/6
Please reload

Featured Posts

Direction la Pologne !

November 6, 2015

Dylan est parti deux mois en Service Volontaire européen dans la ville de Minsk Mazowiecki. Il conseille à tous ceux qui hésitent encore à partir de tenter l'expérience! Il témoigne. 

 

Pourquoi partir en SVE en Pologne? 

 

 

C'est après trois ans d'échanges avec la maison de l'Europe que j'ai pris la ferme décision de partir au plus vite à l'étranger. Malgré le fait que le pays dans lequel je me suis engagé à partir ne m'attirait guère, je n'éprouve aujourd'hui aucun regret d'y avoir séjourné.

Partir à la recherche de la confiance en soi, à la découverte de ma capacité à vivre en milieu inconnu sans soutien à proximité … Voilà ce qui présentait pour moi une réelle motivation.

 

 

J'ai par conséquent atterrit

à Minsk Mazowiecki le 25 juin 2015 pour un projet intitulé « sky is the limit » au sein de la fondation EBU.

La première difficulté pour moi fut de communiquer avec ma mentor, qui m'attendait sagement mais à la fois toute excitée à l'aéroport.

Exclut le polonais à ce stade de l'aventure, la communication se fait tant bien que mal en anglais. 

Et pourtant, après deux mois à s'efforcer de communiquer en anglais on atteint plutôt un bon niveau. A tel point, que dans trois mois je tente de passer le fameux TOEIC.

Alors n'ayez pas peur de paraître ridicule les premiers jours en essayant de vous faire comprendre par des gestes ou en désignant les choses du doigt.

 

A quoi m'attendais-je en partant en Pologne?

 

 

Et bien pour faire simple, ce serait un pays pauvre avec des températures glaciales. Pas de quoi me faire rêver donc.

Quelle belle erreur j'ai faite … La Pologne n'est tout d'abords pas un pays pauvre, je dirais plutôt qu'il se développe petit à petit. N'oublions pas tout de même que ce pays n'est « libre » que depuis seulement 26 ans. La mentalité des habitants s'en fait d'ailleurs ressentir.

Quand au climat, croyez-moi ou non mais nous avons passé l'été sous une chaleur assommante. Quarante degrés et un soleil plus que présent.

Et qui dit climat continental, dit fortes chaleurs l'été et grand froid l'hiver. Tout ce qu'il y a de plus normal.

 

 

L'hébergement

 

Passons maintenant à

l’hébergement qui ne s'est pas faites dans une

famille d'accueil mais dans un maison relativement grande. Celle-ci se présentait sur trois étages et un RDC. 5 chambres, 2 cuisines et 3 salles de bains ! Mais dites donc, je veux bien croire qu'une grande maison est plus agréable mais  ça fait beaucoup pour moi ?!

Je vous rassure de suite, la maison n'était pas uniquement pour moi mais pour tous les volontaires de l'été. Au total nous étions 13 à habiter dans cette grande maison qui après coups était devenue petite.

Mes colocataires étaient de nationalités différentes, ainsi je fut en compagnie de 2 Français, 2 Espagnoles, 2 Irlandaises, 2 Portugais, 2 Anglais, 1 Belge et 1 Roumaine. Au total, 7 cultures différentes dans la même maison.

 

L'organisation s'est rapidement fait concernant le partage des placards, des lits, du réfrigérateur, des clefs et du ménage.

De petits groupes se sont donc formés pour ce qui était du partage de l'espace et du ménage, ceux qui respectaient le plan initialement convenu dans un accords commun et ceux qui en marginaux des règles avaient décidés de n'en faire qu'à leur tête.

C'est comme ça que je me suis retrouvé à faire le ménage à la place de beaucoup chaque semaine. Quelques petits vols de nourriture ont vu le jour après quelques semaines de cohabitation mais rien de bien méchant je vous rassure.

 

Les souvenirs que je souhaite garder sont les moments passés ensemble devant un film ( en anglais bien sur ), les cache-cache et jeux de cartes, les soirées après chaque événement interculturel et avant chaque départ ... etc.

 

Coté technique, la lessive, les produits d'entretien et le linge de lit étaient fournis et réapprovisionné chaque semaine … Ou presque.

 

 

Les volontaires internationaux, c'est bien mais ici nous sommes en Pologne. Allons donc faire connaissance avec les autochtones.

 

Pour cela, rien de compliqué il

suffit de sortir de la maison et d'essayer de communiquer. Les premiers Polonais que l'on a côtoyé étaient eux aussi volontaires dans la fondation et allaient nous aider à communiquer dans le cadre du travail mais aussi dans tous ce qui est téléphonie, tourisme, moyens de transport, pharmacie …

Parmi ces volontaires, j'ai pu nouer des relations étroites avec certains d'entre eux. Aujourd'hui encore je suis en contact régulier et l'un d'eux me donne des cours de langue Polonaise et m'aide à m'améliorer dans ce domaine.

 

Le meilleur moyen de profiter d'un séjour à l'étranger selon moi, c'est de vivre comme un résident du pays et donc de fréquenter des gens du pays. Cette méthode m'a permis de vivre le quotidien d'un Polonais.

 

 

Ma participation à certains festivals se trouvant dans le pays m'offrit une nouvelle perception de l'humain. Notamment le festival de Przystanek Woodstock où la mentalité très pacifiste apporte un certain réconfort dans un monde actuel où la violence se fait reine. La curiosité des Polonais pour les étrangers fut forte agréable et permet de faire pas mal de rencontres. Ce qui est des plus sympathiques.

 

Sky is the limit

 

Avec tout ça, j'en oublierais presque mon activité principale en Pologne.

Je vous disait précédemment que j’étais venu pour un projet intitulé « sky is the limit ». Ce projet se trouvant sous forme de summer camp ou camps d'été en Français, nous avions chaque semaine à nous présenter le matin, en général à 9h dans une école pour gérer une ribambelle d'enfants et d'adolescent.

 

 

Chaque semaine avait un thème comme par exemple : Extraordinary Abilities, Four Seasons, Crazy Scientist ou encore Ancient Greece.

A partir de cela nous formions plusieurs groupes de 4 volontaires qui, pour la plupart, étaient constitués de 2 volontaires internationaux et 2 volontaires Polonais.

Chaque groupe avait pour mission de surveiller et d'animer un groupe d'enfants repartis par tranches d'âge autour du thème de la semaine toute la matinée.

L'après midi, une fois le repas pris ( seulement 30 minutes pour manger ) tout le monde se rejoignait dans le gymnase de l'école pour former de nouveaux groupes selon l'activité que chaque enfants avait choisi parmi une liste faite par la coordinatrice du projet. ( Sport, drama, arts, music, games ou sign langage ).

La fin de chaque journée se faisait comme chaque matinée, par une chanson en rapport avec le thème de la semaine en Anglais pour que les enfants puissent se familiariser avec la langue.

 

 

Au delà des summer camps, je suis intervenu pour une bibliothèque, un centre de loisir, une fête des écoles, une animation de ville et bien entendu les fameux événements internationaux que chaque volontaire avait le devoir de préparer pour faire découvrir son pays et sa culture aux habitants de la ville de Minsk Mazowiecki mais aussi aux volontaires internationaux. Ces événements furent en général très ludiques et instructifs.

 

Par delà le travail, une préparation en amont avec notre coordinatrice et les volontaires Polonais était nécessaire plusieurs fois par semaine. J'ai ainsi appris à communiquer de façon non-verbale, quelques jeux simple pour enfants et à connaître mes futurs coéquipiers pour la semaine à venir.

Les premiers meetings étaient horribles puisque ceux-ci étaient bien évidemment en Anglais. Mais c'est un très bon moyen d'apprendre la langue.

 

 

Pour finir! 

 

Futurs volontaires, si je peux vous donner un conseil, n'ayez pas d'appréhension et profitez de chaque rencontre.

 

Votre expérience n'en sera que plus riche sur le plan professionnel et émotionnel.

 

C'est Après avoir été un panda, un power rangers, une danseuse hawaïenne, un dieu grec, eu les cheveux roux, été marié, déformé par un portraitiste, sdf le temps d'un week-end. Après avoir gravit une des plus haute montagne de Pologne et imiter Maïté devant une caméra puis avoir reçu l'oscar du meilleur cuisinier et du meilleur danseur que j'ai pu ressentir la pleine satisfaction d'avoir profité au maximum de mon expérience à l'étranger et d'avoir découvert une partie inconnue de moi-même.

 

 

Dylan  :)

Please reload

Follow Us