January 25, 2016

January 18, 2016

January 15, 2016

December 18, 2015

November 6, 2015

Please reload

Recent Posts

Eastbourne

January 15, 2016

1/6
Please reload

Featured Posts

Une année au Danemark

January 25, 2016

Alexis est parti en Service Volontaire Européen au Danemark durant 1 an. Il était en BTS en alternance au sein du groupe de la MACIF quand l'envi de partir l'a pris et lui a fait sauter le pas. Sa formation ne lui permettant pas de continuer son cursus à l'étranger, il s'est informé sur les différents moyens de partir à l'étrangerà la Maison de l'Europe de Niort et des Deux-Sèvres. Il eu son premier rendez-vous à la MDE 1 an avant son départ. Ce n'est qu'à la mi-juillet que sa coordinatrice l'a appelé pour lui proposer, connaissant ses goûts pour les pays scandinaves, un projet de volontariat au Danemark pour 1 an. Il nous raconte...

 

C'est à la mi-juillet que ma coordinatrice m'a appelé pour me donner cette excellente nouvelle:

 

"Je n'ai pas de nouvelles de toi depuis un certains temps mais j'ai quelques chose qui pourrait te plaire. Est-ce que partir au Danemark le 1er Septembre te conviendrai?"

 

J'ai été fortement surpris par cette nouvelle et c'est avec un grand " OUI" que j'ai saisi l'opportunité de partir en septembre 2015.

J'ai par la suite eu mon entretien téléphonique en anglais avec Tina Tranakær Pehrson, la responsable de l'organisation d'accueil au Danemark. Ce premier entretien a été fastidieux et assez amusant en même temps puisque je ne maîtrisais pas du tout la langue et ce fut avec beaucoup de contradictions et de mésententes dans les propos que nous avons pu nous mettre d'accord sur notre objectif commun. Je me souviens qu'elle m'a demandé si j'avais déjà vécu en collocation, comment je réagirai en cas de conflits, ce qui m'intéresse dans la vie, si j'aimais sortir boire un verre avec des amis, etc.

Après cet entretien, Tina a été enthousiasmée par mon profil et m'a demandé de lui renvoyer un dossier et de finaliser tout cela avec la Maison de l'Europe.  

 

Le départ

 

"Je quittais le territoire français pour la première fois de mon existence."

 

Le 1er Septembre 2015, à 9h00, me voilà en route pour le Danemark, ce pays totalement inconnu à mes yeux et que je ne pouvais aps situé sur une carte!

 

Ce fut une grande première pour moi puisque je quittais le territoire français pour la première fois de mon existence. Un mélange d'émotions et de sensations nouvelles se sont diffusent en moi: découverte d'une nouvelle langue, d'une nouvelle culture, d'une ethnicité omniprésente dans ces grands lieux d'échanges internationaux! Une fois arrivé à l'aéroport d'Aalborg, aux alentours de 22h00, Peter Vejlø Vestergaard, responsable de l'organisation, et les 3 autres volontaires sont venus m'accueillir afin de faire connaissance, de manger un morceau tous ensemble et de nous accompagner dans nos premiers pas dans ce nouveau pays. Après cela, on a rejoint Tina pour qu'elle nous conduise jusqu'à Brønderslev (20km d'Aalborg) , pour découvrir le logement que nous allions occuper pendant une année et nous souhaiter une bonne nuit car le lendemain une grosse journée s'annonçait à partir de 7h00.

 

L'Aventure

 

Cette aventure a été vraiment vécu sous différents aspects personnels : celui de la sphère privée, regroupant mes émotions quotidiennes, le contexte du voyage et de la découverte de mon environnement, et celui de la sphère du volontariat qui se concentre plus sur la façon de travailler au Danemark et le quotidien au travail.

 

Sur la sphère privée

Atterrir dans un pays étranger à sa culture, à ses croyances et à son mode de vie donne un sentiment de confusion tout au long de cette expérience. L'excitation prend le dessus sur la peur, ce qui permet de s'épanouir en tout point.

 

"Je me suis surpris à pouvoir communiquer autrement et à réagir selon le contexte de manière rationnelle"

 

Pour commencer, mon adaptation linguistique fut assez périlleuse puisque le danois est une langue qui est à l'encontre de tout ce que j'ai pu entendre jusqu'à maintenant, une langue hybride entre l'allemand et l'anglais. J'étais conscient qu'en prenant part à cette aventure, la communication serait complexe mais je me suis surpris à pouvoir communiquer autrement et à réagir selon le contexte de manière rationnelle.

 

C'est grâce à mon premier véritable contact avec ma colocataire espanole de 27 ans, Jessica, avec qui je partageais énormément de points communs que j'ai progressé. Elle a pris le temps de me parler malgré la barrière linguistique. Cela a permis de tisser des liens profonds puisque l'on arrivait à se comprendre par le regard, par des gestes et par un mélange d'espagnole, d'anglais et de français. Avec mes deux autres colocataires, Johanna et Anton, plus jeunes de 5 ans, le contact était plus difficile puisque je leur paraissais comme un être qui était dans l'incapacité de communiquer verbalement. De plus nos centres d'intérêts étaient d'horizons différents.

 

Par la suite, en apprenant à vivre ensemble, en instaurant des règles de vie, en élaborant des projets de sortis et en partageant nos propres intérêts, la vie en colocation avec eux est devenue agréable. On a réussi à créer un noyau familial nécessaire à notre équilibre mental pour le reste de l'aventure.

 

 

"Je n'imaginais pas en faire autant lors de cette

année de volontariat."

 

La découverte de mon environnement tout au long du projet a été crescendo. J'ai commencé par découvrir mon village, ensuite les alentours, Aalborg (quatrième ville du Danemark, son fjord, sa dynamique nocturne et ses étudiants), Odense (troisième ville du Danemark, lors de mon on-arrival training), Aarhus ( deuxième ville du Danemark , lors d'un week-end avec mes colocataires), Copenhague (Capitale avec sa petite sirène, lors mon Mid-term training), plusieurs villes de la partie nord du Danemark (Skagen, Thy, Løgstør, Lem, Hjorring, etc...) mais également la Suède ( Goteborg, weekend entre amis), l'Autriche ( ski trip) et la Lettonie. Je n'imaginais pas en faire autant lors de cette année de volontariat et bien sur chaque lieu me rappelle énormément de souvenir, d'anecdotes, de fous-rires, de soirées, de rencontres et bien plus.

 

Ma vie sociale sur Brønderslev était un peu réduite, il n'y avait pas grand monde dans ce village et par nature les danois sont très distants avec les gens qui ne font pas partie de leur cercle intime, ce qui rendait l’insertion un peu plus délicate. De ce fait, les liens avec mes colocataires se sont vraiment consolidés. On a rencontré quelques anciens volontaires, énormément d'étudiants étrangers et d'autres volontaires à travers le Danemark. Les liens tissés avec ces différentes personnes ont permis de passer d’excellents moments et d'acquérir de nouveaux souvenirs qui me font toujours sourires aujourd'hui.

 

Après quelques mois passés dans ce pays, je suis retourné en France pour les vacances de fin d'année et ce fut avec joie de retrouver mon entourage tout en ayant conscience que j'ai changé. J'ai eu l'impression d'être parti qu'un petit laps de temps et que rien n'avait changé excepté moi-même. Prendre conscience que l'on grandi est effrayant mais en même temps c'est un sentiment de bien être absolu. Les fêtes passées, je suis revenu au Danemark en étant ravi de revoir mes colocataire, mes amis, mes collègues et les enfants. Un mois après mon retour, j'ai été hospitalisé suite à un problème de santé ce qui m'a freiné quelques temps dans la poursuite de mon projet. C'est pendant cette période que je me suis rendu-compte que mon entourage français et danois a été présent par le soutien.

 

Au long du projet j'ai eu quelques moments faiblesses où le morales était un peu plus bas  mais j'ai continué mon intégration en commençant des cours de danois, à entretenir mes relations en créant différents projets et à m'épanouir par le jonglage, l'art, le cinéma et le contact avec les enfants. De plus, le fait d'avoir un entourage de qualité m'a permis de ne pas craqué mentalement. 

 

Sur la sphère du volontariat

« Brønderslev Ungdomsskolen » est une organisation ancrée à Brønderslev comun, au nord du Danemark, ayant une quizaine de salariés à plein temps, des extras et des partenaires.

 

Les trois clubs disposent d'une Chartres communes de gestion mais avec chacune leur touche personnelles liées à l'infrastructure, aux dirigeants et aux enfants. Les familles payent une cotisation afin que leurs enfants de 8 à 18 ans puissent venir après les cours et ainsi participer aux activités périscolaires présentés.  Les activités proposées par l'organisation sont riches et variées et permettent un bon développement de l'humain. Initiation à l'équitation, à la plongée, au repérage GPS, au kayak de mer, bike-trip, séjour de survie en Norvège, Ski-trip en Autriche, séjour en France ou Espagne, direction de cinéma, pâtisserie, etc.

 

Les responsables de l'organisation nous ont rapidement pris en charge en nous épaulant et nous accompagnant de manière intelligente. En effet, à la moindre difficulté ou demande particulière, nos collègues étaient à notre disposition. Ce qui était vraiment rassurant. 

Par ailleurs, l'organisation a fait en sorte que l'on puisse suivre 50 heures de cours de danois avant que l'on prenne nos fonctions dans nos clubs respectifs. Cela ne m'a pas vraiment servit du fait que je me focalisais seulement sur l'anglais.

Après ces cours, j'ai découvert mon lieu de travail Hjallerup Fritisklub, l'endroit où j'allais passer la plus grande partie de mon volontariat. C'est alors que j'ai rencontré mon chef Jan EDWARDS, ma collègue Mette ODDERSKOV et mon autre collègue Birger NIELSON. C'est avec ces 3 personnes que j'ai passé énormément de temps à apprendre, à rigoler, à jouer et à travailler.

 

Mes fonctions consistaient à jouer avec les enfants, d'aider à préparer les repas et de nettoyer le bâtiment. Rapidement j'ai pu m'intégrer au sein du groupe et m'investir plus concrètement en suggérant des sorties avec quelques enfants sur le bord de mer, en forêt, etc.

Tous les vendredis, de 13h à 14h, on se réunissait afin de faire un consensus sur le club (emploi du temps, problème avec certains enfants, le menu) mais aussi pour connaître le ressentiment de chacun. Il y avait une réel prise en compte des opinions de chacun avant de prendre une décision.

 

En dehors de mon travail au sein du club, on nous avait confié des tâches annexes au cours de l'année. Certain week-end on travaillait pour conduire les jeunes en provenance de différentes écoles locales à des activités d'aventure où on pouvait y prendre partie telles que l'équitation, la plongée. On était également en charge de l'entretient régulier des véhicules de l'organisation et on devait aussi donner de notre temps afin d'organiser les soirées d'hiver et d'été.

 

Concernant notre suivit au long du projet, on avait régulièrement des réunions avec notre encadrement notamment avec Tina et nos chefs respectifs. Cela nous permettait d'être bien épaulés dans notre vie quotidienne puisque l'équipe était disponible en permanence afin de nous aider à régler des problèmes d'ordre administratif, de travail et de bien être.

 

Conclusion

Cette expérience a été bénéfique en tout point. Elle m'a permis d'apprendre à vivre dans un environnement totalement inconnu et assurément de m'adapter dans un nouveau contexte. J'ai développé mes compétences sociales, mes compétences linguistiques et mes compétences pédagogiques. J'ai également appris à voyager seul, à être autonome et à m'ouvrir l'esprit comme jamais. Les personnes rencontrées sont maintenant une part de moi-même et ont renforcés ma personnalité.

 

Suite à mon retour en France, j'ai eu un peu de mal à me réadapter du à un choc culturel inversé mais je me suis directement mis dans un nouveau projet, celui de devenir conseiller d'orientation psychologue. Pour cela j'ai commencé des études en psychologie à l’université de Nantes, ce qui me lance dans une nouvelle vie et un nouveau challenge. 

Le volontariat m'a apporté de nouvelles valeurs et je me suis engagé auprès d'une association qui se nomme l'AFEV et qui a pour but de réduire les inégalités sociales en donnant de son temps à des enfants défavorisés.

 

Lorsque l'on dit que les voyages forment la jeunesse je ne pourrais point contredire ce proverbe et me donne envie de continuer à me former donc je pense repartir pour de nouvelles aventures dès que l'opportunité s'y présentera...

 

En tout cas je tiens à remercier toutes les personnes qui m'ont suivis, soutenues et accompagnées tout au long de cette incroyable aventure et aussi les organisations La Maison de L'Europe et Brønderslev Ungdomsskolen qui ont permis de rendre cela possible !

 

Quelques moments clés de cette aventure !

A partir du 5 septembre jusqu'à fin septembre, moi-même et les 3 autres volontaires, on a suivi 50 heures de cours de danois. Ces cours étaient donnés en anglais pour nous mais aussi pour des jeunes participants au programme Rotary. Par ce biais j'ai pu rencontrés des jeunes d'horizon différentes venant du continent américain, d'Asie, de la Turquie et de la Hongrie.

 

 

A la mi-septembre, notre organisation nous a convié à un Team-building de deux jours afin de consolidé l'esprit de groupe. Fort éprouvant en activité et festivité puisque que l'on a fait du ball-trap, une séance de Yoga, une compétition de pâtisseries les yeux bandés, une course d'obstacle à plusieurs, et un parcours d'obstacle en scooter ! Ce fut vraiment intensif et j'ai pu apprendre à connaître mes collègues.

 

 

Du 29 septembre au 3 Octobre, on a été convié à notre on-arrival training à l'académie d'éducation physique de Ollerup à côté de Odense. Ce fut une semaine vraiment magique avec la connaissance d'une vingtaine de jeunes européens de profils totalement différents. On a partagé tellement de bons moments autours d'ateliers, de conversation et de moments d'échanges que l'on est resté en contact tout au long de notre aventure, ce qui a permis de créer une dynamique sociale au Danemark. Cette semaine a été une grande bouffé d'air.

 

 

La dernière semaine d'Octobre fut  mouvementée également puisque l'on a célébré Halloween 3 fois dans les différents clubs en organisant des soirée/repas/jeux avec les enfants et nos collègues. Ce fut une explosion de créativité notamment à Hjallerup où chacun d'entre nous jouait un rôle de créature démoniaques dans lieux différents où les enfants devaient faire une sorte de chasse au trésor. « La machine à broyer les enfants était mise en route... Mouahaha ! »

 

 

Sky-trip ! Courant février pendant une semaine en Autriche à Zell Am See. Première expérience au sport d'hiver avec toute l'équipe et les adolescents danois. Cependant un petit imprévu s'est présenté pendant la session, celui d'un pied tordu à souhait !

 

 

 

 Des gens géniaux sans eux l'aventure aurait été tout autre! 

 

 

Alexis