January 25, 2016

January 18, 2016

January 15, 2016

December 18, 2015

November 6, 2015

Please reload

Recent Posts

Eastbourne

January 15, 2016

1/6
Please reload

Featured Posts

À la découverte de la Roumanie, un pays pas si loin du nôtre mais très éloigné de nos coutumes

December 11, 2018

 

Ludivine, Elisa et Sarah sont parties en Stage Europe dans le cadre de leurs BTS DATR (Développement et Animation des Territoires) en Roumanie pendant un mois.

Elles ont effectués leur stage dans un centre de placement pour enfants à Brad dans l’ouest du pays.

 

 

 

Pourquoi partir en Roumanie ?

Notre premier souhait été de faire de l’humanitaire, d’apporter le meilleur de nous à des personnes aux vies moins facile que la nôtre.

La Roumanie est le pays le plus pauvre de l’Union Européenne et compte aujourd’hui encore des milliers d’orphelins en difficultés, dont ceux hérités du système Ceausescu.

Notre établissement scolaire avait des contacts avec une association Française «  La Casa De Copii » qui intervient en Roumanie pour aider les enfants du centre et des familles Roms.  

De plus l’Europe de l’Est étant méconnu et peu convoité, nous voulions découvrir ces paysages et sa culture si différente que la notre.


 

Votre stage au sein du centre du placement pour enfants ?

Tout d’abord, un centre de placement est un lieu d’accueil pour des enfants de  2 à 18 ans (jusqu’à 24 ans si études) ces enfants sont placés car la famille n’est pas en capacité de subvenir à leurs besoins (maltraitance, prostitutions, addiction, chômage…).

 

L’association représente un espoir pour ces enfants, le but étant qu’ils soient placés pour que dans un avenir proche ils puissent retrouver un cadre de vie stable en famille.

Lors de notre stage nous avions des missions telles qu’encadrer les enfants en leurs proposant des activités. Autant d’activités extérieures qu’intérieur dans la limite des possibles. En effet le centre disposé de peu de moyen matériel pour les animations.

Ce qui nous a surpris, cet unique ballon de basket qui servait autant pour les balles aux prisonniers, le football ou encore le tomate ketchup.

 

 

 

Cela n’a pas été la seule surprise, pour avoir déjà intégré des équipes de professionnelles en France (animatrice, éducatrice..), nous nous n’attendions pas à ce que le personnel soit autant désintéressé par leurs tâches.

Malheureusement elles n’ont pas reçu de formation adaptée ce qui met un frein à leurs implications et à l’éducation des enfants.

Malgré leurs lourds parcours, les enfants sont attachants et nous nous souviendront longtemps de ces moments partagés avec eux.

 

Quand est-t-il de la politique et des conditions de vie en Roumanie ?

Il ne faut pas oublier qu’en allant en Roumanie on découvre un pays qui sort d’une dictature, en effet celle-ci vécu dans un régime communiste pendant près de 30 ans. De 1965 à 1989, Nicolae Ceausescu était à la tête du régime communiste le plus brutal qu’ait connu le bloc de l’Est, et a fait sombrer son pays dans une extrême pauvreté.

 

La Roumanie aujourd'hui
Depuis 2007, la Roumanie est membre de l’Union européenne. Pourtant la population n’en a pas fini avec l’héritage du communisme : pauvreté, corruption, chômage sont encore d'actualité. En 2014, Klaus Johannis, issu de la minorité allemande de Transylvanie, est élu président. Mais depuis 2017, les manifestations contre la corruption des politiques se multiplient. Jusqu’à aujourd’hui, la révolution de 1989 n’a pas fait l’objet d’un véritable travail d’analyse et de mémoire.

Nous avons ressentis le passé douloureux de ce pays, en effet le communisme à laisser des traces de son passage. La pauvreté est flagrante, dès notre premier jour nous avons constaté qu’il y avait autant de chiens errants que d’enfants  vagabonds dans les rues.

Aussi, la rencontre avec les Roms (appelés Tziganes en Roumanie) fut prenante. Des blocs et des taudis  en périphéries des villes servaient de maisons pour ce peuple encore discriminés de la population roumaine.

Les prix bas reflètent le niveau de vie de la population, à seulement 3 euro (16 lei Monnaie Roumaine)  le paquet de cigarettes nous nous rendions compte de la frontière qu’avait encore à parcourir ce pays pour atteindre l’euro.

50 lei équivalent à 11€  (Il faut diviser par 4.60).

 

Qu’avez- vous découvert de la culture roumaine ?

 Le plus  frappant en Roumanie, c’est l’omniprésence de la religion tant dans les campagnes que dans les villes. Un nombre incalculable d’églises nous a fait prendre conscience de l’importance de la croyance dans leurs vies. La religion orthodoxe y est majoritaire.

Les enfants du centre priaient avant de manger, les établissements même publics affichaient des édifices religieux ce qui nous surpris.

 

Le climat et les paysages en Roumanie ?

Lors des 5 heures de bus direction Timisoara et Cluj , des kilomètres de montagnes longeaient la route sinueuse et étroite

La Roumanie c’est du vert partout, des paysages vallonnés. Le climat est continental et imprévisible. Des hivers très froids et des étés très chauds.

 

Que retenez-vous du pays ?

 Nous avons eu un véritable coup de cœur pour Timisoara, une très belle ville aux couleurs accueillantes.  Ce fut la première ville et la dernière de notre voyage, l’aéroport s’y trouvant.

Cluj reste aussi un bon souvenir,  grande ville aux multiples monuments historiques avec un centre vivant. Nos nuits en auberges de jeunesses fut riches en rencontres.

Evidemment, une pensée pour les enfants de la Casa de Copii. ( Maison d’enfant en Roumain ) Des images de leurs sourires  et de nos moments partagés lors des jeux reviendront dans nos esprits.

Ce voyage, nous a permis de prendre conscience que l’on ne naît pas tous avec la même chance. Ce genre d’expérience apprend à relativiser et à se montrer moins individualiste.

Multumesc, Romania pour cette belle leçon de vie.  

 

« C’est un retour à l’essentiel, une rencontre avec soi-même. »

Sarah, Elisa, Ludivine

 



 

Please reload

Follow Us
Please reload

Search By Tags