January 25, 2016

January 18, 2016

January 15, 2016

December 18, 2015

November 6, 2015

Please reload

Recent Posts

Eastbourne

January 15, 2016

1/6
Please reload

Featured Posts

À la découverte de la Roumanie, un pays pas si loin du nôtre mais très éloigné de nos coutumes

December 11, 2018

 

Ludivine, Elisa et Sarah sont parties en Stage Europe dans le cadre de leurs BTS DATR (Développement et Animation des Territoires) en Roumanie pendant un mois.

Elles ont effectués leur stage dans un centre de placement pour enfants à Brad dans l’ouest du pays.

 

 

 

Pourquoi partir en Roumanie ?

Notre premier souhait été de faire de l’humanitaire, d’apporter le meilleur de nous à des personnes aux vies moins facile que la nôtre.

La Roumanie est le pays le plus pauvre de l’Union Européenne et compte aujourd’hui encore des milliers d’orphelins en difficultés, dont ceux hérités du système Ceausescu.

Notre établissement scolaire avait des contacts avec une association Française «  La Casa De Copii » qui intervient en Roumanie pour aider les enfants du centre et des familles Roms.  

De plus l’Europe de l’Est étant méconnu et peu convoité, nous voulions découvrir ces paysages et sa culture si différente que la notre.


 

Votre stage au sein du centre du placement pour enfants ?

Tout d’abord, un centre de placement est un lieu d’accueil pour des enfants de  2 à 18 ans (jusqu’à 24 ans si études) ces enfants sont placés car la famille n’est pas en capacité de subvenir à leurs besoins (maltraitance, prostitutions, addiction, chômage…).

 

L’association représente un espoir pour ces enfants, le but étant qu’ils soient placés pour que dans un avenir proche ils puissent retrouver un cadre de vie stable en famille.

Lors de notre stage nous avions des missions telles qu’encadrer les enfants en leurs proposant des activités. Autant d’activités extérieures qu’intérieur dans la limite des possibles. En effet le centre disposé de peu de moyen matériel pour les animations.

Ce qui nous a surpris, cet unique ballon de basket qui servait autant pour les balles aux prisonniers, le football ou encore le tomate ketchup.

 

 

 

Cela n’a pas été la seule surprise, pour avoir déjà intégré des équipes de professionnelles en France (animatrice, éducatrice..), nous nous n’attendions pas à ce que le personnel soit autant désintéressé par leurs tâches.

Malheureusement elles n’ont pas reçu de formation adaptée ce qui met un frein à leurs implications et à l’éducation des enfants.

Malgré leurs lourds parcours, les enfants sont attachants et nous nous souviendront longtemps de ces moments partagés avec eux.

 

Quand est-t-il de la politique et des conditions de vie en Roumanie ?